L'église Saint-Philippe et Saint-Jacques de Châteauneuf

 

 

 

Cliquer pour agrandir

 

(Cliquer sur les photos pour les agrandir - © photos: Florence Maurice, Frédéric Chomard & Jean-Michel Bagatelle - Reproduction interdite)

 

L'église de Châteauneuf Saint-Philippe et Saint-Jacques date de la fin du 15ème siècle et du début du 16ème siècle. Avant sa construction, l'église paroissiale était celle de Vandenesse. Elle est dédiée à St Philippe le Galiléen, et St Jacques le Majeur dont les reliques se trouvent à St Jacques de Compostelle.

 

Extérieur: Le portail d'entrée à accolades était surmonté avant la Révolution de deux statues dont il ne reste plus que les piédestaux qui portent des blasons. A gauche sont représentés une paire de tenailles et un marteau, et à droite une couronne d'épines et trois clous. Ils évoquent la Crucifixion du Christ. Une croix devait être placée au centre pour rappeler aux fidèles que le Christ est mort et ressuscité pour sauver l'humanité.

 

 

La porte latérale, murée, de style gothique présente deux coquilles Saint-Jacques pour rappeler l'un des saints patrons de l'église. La petite niche qui se trouve au dessus est également de style gothique.

 

 

 

 

 

Intérieur: Le sol ayant remonté au cours des années, nous descendons quelques marches pour entrer dans l'église qui a la forme d'une croix avec une nef. A gauche de l'entrée, les fonts baptismaux sont en pierre blanche de Bourgogne, ils datent du 19ème siècle, de même que le bénitier à droite.

Sur les murs ont récemment été découvertes, puis restaurées, des croix de consécration et une litre funéraire.

 

 

La nef

La chapelle Saint-Joseph

La chapelle Notre-Dame du Chêne

 

Les croix de consécration, au nombre de 12, représentant les 12 apôtres sur lesquels repose la foi de l'église, sont entourées de 2 cercles, l'un de couleur rouge, l'autre de couleur orangée. Elles ont 4 branches de même longueur fleurdelysées. Lors de la consécration de l'église, l'évêque faisait une onction à l'emplacement de ces croix avec une huile sainte.

La litre funéraire était une bande noire peinte tout autour de l'église, à l'exception du choeur, lors du décès d'un seigneur de Châteauneuf. Les armoiries de ce seigneur étaient également peintes à intervalles réguliers sur la litre qui restait  sur les murs pendant un an, période de deuil. La litre remplaçait les tentures en tissu noir. Le droit de litre était une prérogative accordée en 1215 par l'Eglise aux gens de la noblesse.

 

De part et d'autre du choeur, se trouvent les statues en bois (16ème siècle? ) qui représentent les deux saints patrons de la paroisse. Pour financer des réparations dans l'église, ces 2 statues avaient été vendues en 1872 à un antiquaire de St Apollinaire, puis revendues à un châtelain de Chevigny St Sauveur, Lord Camel, qui les offrit à l'église  40 ans plus tard,en 1913. Le blason de Lord Camel, trois chameaux, est resté sur les socles.

 

 

 

 

La chapelle nord est la partie la plus ancienne (fin 15ème). C'est la chapelle Saint-Joseph, ou chapelle des seigneurs, appelée ainsi car à cette époque une porte, aujourd'hui murée, permettait aux seigneurs d'arriver directement dans l'église depuis le château.

Elle renferme 2 belles statues: 

 

 

Saint Jean Baptiste, datant de la 2ème moitié du 15ème siècle, en pierre polychrome. Cette statue a été réalisée par Guillaume le Moiturier, élève de Claus Slüter, sculpteur du Puits de Moïse de la Chartreuse de Champmol à Dijon. Saint Jean Baptiste est le patron de la famille ducale de Bourgogne.

 

 

La "Vierge à l'Enfant", ou "Vierge à l'Oiseau", date du milieu du 14ème siècle, et est en calcaire de Bourgogne, dont la polychromie a été effacée. Elle est de style typiquement bourguignon, par la façon dont Marie tient son enfant sur la hanche. Le drapé de son vêtement part de la hanche. L'enfant tient à la main un oiseau qui lui mord le doigt. Cet oiseau serait un pinson, symbole de la Passion, c'est peut-être pourquoi l'enfant caresse le visage plein de douceur de sa Mère. A l'avant du pied droit de Marie, est sculptée la tête d'un homme laid, aux longues oreilles, et sous le pied, sur le côté droit de la statue se trouve un monstre qui, la tête renversée, dévore l'oreille droite de l'homme. Ce monstre a un corps de dragon prolongé par une queue qui fait le tour de la statue et qui se termine devant par une tête de serpent. Le pied de Marie écrasant le monstre symbolise la victoire du Christ sur l'auteur du mal.

 

 

 

 

 

Près de la chapelle une chaire (lieu d'explication de la Bible, et en particulier de l'Evangile) en bois, de 1538. La porte et le tour sont sculptés. Huit apôtres sont représentés. La porte a de belles sculptures, l'une représente un donateur, agenouillé, et son saint patron, le diacre Saint Etienne, l'autre est une scène de la vie quotidienne.

 

 

 

Dans la chapelle sud, une copie de la petite statue en bois de Notre-Dame du Chêne. l'original trouvé au 16ème siècle a malheureusement été volé le 14 juillet 1974. La statue a été découverte dans un chêne par des bûcherons. Une petite chapelle avait été construite pour l'abriter, et les gens du village venaient prier Notre Dame du Chêne, organisaient chaque lundi de la Pentecôte un pélerinage en son honneur. Elle les protègea durant plusieurs épidémies, pendant la Révolution et les guerres.

 

Photographie de la statue originale de Notre-Dame du Chêne,

avant son vol le 14 juillet 1974

 

La reproduction de la statue de Notre-Dame du Chêne, se trouvant aujourd'hui dans l'église

 

 

Le maître autel, lieu de célébration de la messe, datant du 19ème siècle, est en marbre. Il est l'oeuvre de l'ébéniste dijonnais Schanosky. Les vitraux qui représentent les deux saints patrons de la paroisse sont de la fin du 19ème siècle

Plan et description de l'église.pdf
Document Adobe Acrobat [393.4 KB]
Vous pouvez imprimer ce pdf en recto-verso comme dépliant à plier
Dépliant Eglise pour impression pdf Rect[...]
Document Adobe Acrobat [678.9 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Mairie de 21320 Châteauneuf

Appel

Email