La chapelle Notre-Dame du Chêne

((Texte inspiré de Michel Barastier "Châteauneuf aux vents de l'Histoire", p. 219)

Au nord du village à environ 150 mètres de la porte nord débute une allée de tilleuls de 600 mètres de long. Cette "allée de la chaume" a été tracée et plantée en 1627 par le seigneur Charles 1er de Vienne. A son extrémité nord se dresse une petite chapelle construite en 1746 sur les instances de l'abbé Saulgeot (curé de Châteauneuf de 1739 à 1750) et entièrement restaurée en 1899 par les soins de M. le comte Arthur de Voguë et de son épouse, Marie de Contade, comtesse de Voguë.

 

 

 

Cette chapelle avait été construite spécialement pour abriter la statue de "Notre-Dame du Chêne", dont l'abbé Landrot nous conte l'histoire:

Une des familles seigneuriales qui se sont succédées... "aurait-elle placé la statue vénérée dans le chêne qui fermait l'avenue? ou bien y fut-elle mise par des bûcherons qui la saluaient en allant au travail? A-t-elle une autre origine? La statue de Notre-Dame du Chêne, par la complication de ses plis, leur forme courbe par endroits et leur chiffonnage, doit dater du XVIème siècle.

Châteauneuf, au temps de la ligue fut assiégé par les troupes de Henri IV depuis novembre 1592, jusqu'en septembre 1595. Une tradition toujours vivante dans le village dit que les boulets lancés par les canons de l'armée royale criblèrent le chêne de la chaume sans pouvoir le dépasser et que la place ne put être prise par les troupes d'Henri IV. Serait-il téméraire de supposer que la statue de Notre Dame, vénérée aujourd'hui, existait déjà à la fin du XVIème siècle? Mais nous ne saurons jamais quelle main pieuse la fit placer à l'extrémité de l'avenue des tilleuls de la chaume pour attirer les bénédictions du ciel sur la baronnie et sur la région. Si les documents historiques nous font défaut sur l'origine de Notre-Dame du Chêne, notre statue était déjà vénérée à Châteauneuf avant le 11 avril 1708: elle était alors placée "dans un arbre fort ancien", le vieux chêne du seizième sans doute.

Dans le courant du XVIIIème siècle, vers 1730-1733, Louis, comte de Vienne, baron de Châteauneuf, voulut faire abattre le viel arbre, tout mutilé, qui déparait la belle avenue de la Chaume. Les bûcherons, aux premiers coups de cognée, découvrir la petite statue de la vierge... L'arbre, en croissant, l'avait recouverte de son bois. Les ouvriers, surpris de cette découverte, vinrent en donner connaissance à M. le curé qui se rendit aussitôt sur les lieux, pprit la statue et la porta dans l'église de Châteauneuf. Elle fut posée sur le tabernacle devant la croix qui le surmonte. Le lendemain, Monsieur le curé, en allant dire sa messe, fut tout étonné de ne plus voir la petite statue dans le lieu où il l'avait déposée la veille. Après l'avoir cherché en vain, et questionné les personnes attachées au service de l'église, il se rendit près du chêne: il la vit dans le lieu même où les bûcherons l'avait découverte. Alors il lui fit faire une niche plus profonde pour l'y laisser et mit une grille en fer devant.

 

Chapelle

Notre-Dame du Chêne

Intérieur de la chapelle avec une reproduction de la statue

dont l'original avait été volé en 1970

 

 

Monsieur de Vienne, après un certain nombre d'années voulut faire abattre cet abre, ou plutôt, comme propriétaire, il voulut avoir dans son château cette statue qui faisait l'objet de la vénération publique. Il la fit apporter dans sa chapelle du château, mais ce fut en vain. Le lendemain, elle avait repris sa place dans le vieux chêne. Madame de Vienne, voyant que cette statue ne voulait pas quitter ces lieux, pressa son mari pour faire construire une chapelle près du chêne. Monsieur Saulgeot, alors curé de Châteauneuf fut chargé de la faire bâtir. Après la construction, la statue y fut placée processionnellement. Cette fois elle ne quitta pas les lieux et l'arbre fut coupé. Les habitants prirent ce qu'ils purent de cet arbre, et on en voit encore des morceaux qu'ils conservent comme des reliques. Au bruit de la translation de la statue dans la chapelle, les villages voisins accoururent pour augmenter la solennité. A dater de cette époque, jusqu'à la Révolution, tous les lundis de Pâques, on y chantait les vêpres, en présence d'une foule nombreuse.

 

Attention: la chapelle Notre-Dame du Chêne se trouve dans une forêt privée!

Ceux qui veulent se faire une idée sur place devront donc le faire dans le respect de la propriété privée.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Mairie de 21320 Châteauneuf

Appel

Email