Héraldique

Le Blason de CHATEAUNEUF

DESCRIPTION : D'or au fasce de sable, aux trois coquilles aussi de sable en chef.

COMMENTAIRES : Ce blason n’a aucun rapport avec les pèlerinages de saint Jacques de Compostelle (malgré les dires de l’office du tourisme) car il est historiquement antérieur.

En fait, il est lié au blason de Jean de Chaudenay qui comportait six coquilles ; chacun des deux fils à gardé une rangée de trois coquilles.


Le château fut construit en 1132 par Jean de Chaudenay pour son fils cadet Jehan qui en prit possession en 1175 et devient « Jean I de Châteauneuf ». Face aux menaces de la Guerre de Cent Ans, les seigneurs de Châteauneuf bâtissent ensuite la puissante enceinte autour du donjon du XIIe siècle.

COQUILLES. Ce meuble est fort usité en armoiries ; on rencontre quelquefois des Coquilles dont les petites pointes qu'elles ont sur le côté, sont d'un autre émail que le leur ; on les dit alors oreillées ; dans leur représentation elles doivent toujours être vues à l'extérieur, car si elles sont figurées à l'intérieur, on les appelle vannets à cause de leur ressemblance à un van à vanner le grain. Pendant longtemps on a donné aux Coquilles de grandes dimensions le nom de Saint-Jacques, et celui de Saint-Michel à celles plus petites. Dans l'art héraldique, on n'emploie que la Coquille dite de Saint Jacques, montrant le dos et ombrée à gauche. La Coquille désigne les pèlerinages et les voyages d'outre-mer. Elle appartient à la famille de Pectinèdes, à cause de l'analogie de sa forme avec le peigne. Elle a été adoptée comme attribut de saint Jacques de Compostelle. (d'après le Dictionnaire archéologique et explicatif de la science du blason - Comte Alphonse O'Kelly de Galway — Bergerac, 1901).
Dans l’Antiquité, la coquille est symbole d’Amour (coquille de Vénus). Elle protège des mauvais sorts et des maladies. On place des coquilles au côté des dépouilles mortelles en guise d’ornement ou d’offrande mortuaire. On en a ainsi retrouvé à Paris dans les tombes d'un cimetière mérovingien, bien avant la découverte du tombeau de Saint-Jacques à Compostelle. Au XIIe siècle, Compostelle s’approprie la coquille où elle est vendue, elle l'est également ailleurs, en particulier au Mont Saint-Michel.

COQUILLES SUR LES BLASONS DE BOURGOGNE : 16 en Côte d’Or ; 7 dans l’Yonne ; 4 en S & L ; 0 dans la Nièvre.

 

REFERENCES :

  • Sur le site internet de la commune de Châteauneuf en Côte d’Or : https://fr.wikipedia.org/wiki/Châteauneuf
  • Voir l’ouvrage de Michel Barastier « Châteauneuf - aux vents de l'histoire », Édition : Châteauneuf-en-Auxois : Association des Amis de Châteauneuf, 2000.

Dossier réalisé par la  CONFRATERNITE  DES  PELERINS  DE  SAINT  JACQUES  DE  COMPOSTELLE  EN  BOURGOGNE, diffusion avec leur aimable autorisation
https://www.st-jacques-bourgogne.org/
FICHE  INVENTAIRE  DU  PATRIMOINE  JACQUAIRE EN  BOURGOGNE (fiche n°35) du 11.07.2016

©Confraternite  Des  Pelerins  De  Saint  Jacques  De  Compostelle  En  Bourgogne